Hot Best Seller

Patients (Non fiction)

Availability: Ready to download

Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation. Quand Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation. Quand il se lance dans une carrière d’auteur-chanteur-slameur, en 2003, c’est en référence aux séquelles de cet accident – mais aussi à sa grande taille (1,94 m) – qu’il prend le nom de scène de Grand Corps Malade. On connaît l’immense succès qui suit : trois albums plébiscités par le public et la critique, une distinction de Chevalier des Arts et des Lettres, qui récompense la qualité de sa plume, toujours subtile et surprenante. Dans ses chansons pleines de justesse, telles « À l’école de la vie », « Roméo kiffe Juliette », « Éducation nationale », ou encore « Rachid Taxi », l’artiste soulève le voile d’une réalité sociale et politique singulière. Chaque année, certains de ses textes sont proposés au baccalauréat de français. Dans son livre, où il se fait pour la première fois auteur d’un récit en prose, il raconte, avec humour, dérision et beaucoup d’émotion, les douze mois passés en centre de rééducation et relate les aventures tragiques mais aussi cocasses vécues par lui et ses colocataires d’infortune.


Compare

Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation. Quand Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation. Quand il se lance dans une carrière d’auteur-chanteur-slameur, en 2003, c’est en référence aux séquelles de cet accident – mais aussi à sa grande taille (1,94 m) – qu’il prend le nom de scène de Grand Corps Malade. On connaît l’immense succès qui suit : trois albums plébiscités par le public et la critique, une distinction de Chevalier des Arts et des Lettres, qui récompense la qualité de sa plume, toujours subtile et surprenante. Dans ses chansons pleines de justesse, telles « À l’école de la vie », « Roméo kiffe Juliette », « Éducation nationale », ou encore « Rachid Taxi », l’artiste soulève le voile d’une réalité sociale et politique singulière. Chaque année, certains de ses textes sont proposés au baccalauréat de français. Dans son livre, où il se fait pour la première fois auteur d’un récit en prose, il raconte, avec humour, dérision et beaucoup d’émotion, les douze mois passés en centre de rééducation et relate les aventures tragiques mais aussi cocasses vécues par lui et ses colocataires d’infortune.

30 review for Patients (Non fiction)

  1. 4 out of 5

    Milena

    Grand Corps Malade je jedan od najpoznatijih francuskih slemera i pesnika, toliko da njegove tekstove (sa sve slengom i aktuelnim socijalnim temama) đaci analiziraju na maturskim ispitima. Njegovo umetničko ime - Visoko Bolesno Telo potiče od njegove visine (1.96m) i od nesreće koju je doživeo dve nedelje pred svoj dvadeseti rođendan: skok na glavu u nedovoljno dubok bazen i tri vratna pršljena zabijena u kičmenu moždinu su ga koštala tri meseca u komi na intenzivnoj nezi i više od godinu dana r Grand Corps Malade je jedan od najpoznatijih francuskih slemera i pesnika, toliko da njegove tekstove (sa sve slengom i aktuelnim socijalnim temama) đaci analiziraju na maturskim ispitima. Njegovo umetničko ime - Visoko Bolesno Telo potiče od njegove visine (1.96m) i od nesreće koju je doživeo dve nedelje pred svoj dvadeseti rođendan: skok na glavu u nedovoljno dubok bazen i tri vratna pršljena zabijena u kičmenu moždinu su ga koštala tri meseca u komi na intenzivnoj nezi i više od godinu dana rehabilitacije zbog tetraplegije. Zanimljivo je da svoj dubok i baršunast glas duguje u dobrom delu traheotomiji. Ova knjiga/knjižica od stotinak strana je posvećena njegovom boravku u centru za rehabilitaciju i drugarima koje je tamo stekao. Od besa, tuge i bespomoćnosti, pa sve do crnohumornih šala koje mogu samo da lansiraju oni koji su izmoreni već posle doručka, koji ne znaju da li će ikad uspeti da pomeraju opet ruke ili noge ili da jedu sami (special mention za četrdesetogodišnjeg Portugalca koga baš briga koliko će uspeti da povrati pokretljivost ostala četiri uda, ali ako i erekcije ostane lišen e to je KRAJ) i ‘tetraplegičarskog boksa’ na kolicima, kada pokušavaju da makar jednu ruku koja malo funkcioniše zamahnu jedan prema drugom a pobeđuje onaj kome triceps još nije potpuno atrofirao. Veliki broj stranica je posvećen brizi oko kontrole sfinktera (ja sam naivno mislila da će biti dosta o strahu da li će ikada moći opet da se bavi sportom, jer je pre nesreće studirao za profesora fizičkog vaspitanja) - u tim trenucima, sve postaje sekundarno, jedino je bitno da li ću opet moći da idem na šolju kao sav normalan svet ili ću biti osuđen na sondu i laksative. Različiti pogledi na situaciju, različite nesreće koje su ih dovele do centra (određen broj pokušaja samoubistva), neke ima ko da posećuje, neki ne žele da ih niko posećuje a neke ni nema ko da posećuje, sve to isprepleteno u hor onih koji žele da budu uzeti u obzir zbog svega što jesu, a ne samo zbog hendikepa.

  2. 5 out of 5

    Angeliki Chatzipantou

    Γροθιά στο στομάχι. Μάθημα ζωής. Είναι ένα από τα βιβλία που θα μου μείνουν αξέχαστα. Κλάμα και γέλιο μαζί.

  3. 5 out of 5

    Lili VI

    "Je découvre les joies de l'autonomie zéro, de l'entière dépendance aux humains qui m'entourent et que je ne connaissais pas hier (...) Le couloir des traumatisés crâniens, c'est un peu l'ambiance du clip Thriller de Michael Jackson, mais dans un couloir aseptisé (...) Quand tu n'es pas autonome, tu passes plus de temps à attendre qu'à faire des choses. Un bon patient sait patienter". "Je découvre les joies de l'autonomie zéro, de l'entière dépendance aux humains qui m'entourent et que je ne connaissais pas hier (...) Le couloir des traumatisés crâniens, c'est un peu l'ambiance du clip Thriller de Michael Jackson, mais dans un couloir aseptisé (...) Quand tu n'es pas autonome, tu passes plus de temps à attendre qu'à faire des choses. Un bon patient sait patienter".

  4. 4 out of 5

    Aggeliki

    4 αστεράκια όχι για τη συγγραφική δεινότητα, ούτε βέβαια για την εμπνευσμένη μυθοπλασία. Για τον απλούστατο λόγο ότι εδώ δεν υπάρχουν. Ναι για το ψυχικό σθένος να μιλήσει για αυτά που έζησε, για την πίστη, την επιμονή και την υπομονή στην αναπάντεχα σκληρή εκδοχή της ζωής μα κυρίως για τον χειμαρρώδη αυτοσαρκασμό σε μια κατάσταση όπου πιθανότατα αυτός ο τελευταίος θα εκμηδενιζόταν. Ο Φαμπιέν μέσα από τις εμπειρίες του γίνεται οικείος σου, φίλος σου που σε κερδίζει αμέσως. Το δε οδοιπορικό του μέσ 4 αστεράκια όχι για τη συγγραφική δεινότητα, ούτε βέβαια για την εμπνευσμένη μυθοπλασία. Για τον απλούστατο λόγο ότι εδώ δεν υπάρχουν. Ναι για το ψυχικό σθένος να μιλήσει για αυτά που έζησε, για την πίστη, την επιμονή και την υπομονή στην αναπάντεχα σκληρή εκδοχή της ζωής μα κυρίως για τον χειμαρρώδη αυτοσαρκασμό σε μια κατάσταση όπου πιθανότατα αυτός ο τελευταίος θα εκμηδενιζόταν. Ο Φαμπιέν μέσα από τις εμπειρίες του γίνεται οικείος σου, φίλος σου που σε κερδίζει αμέσως. Το δε οδοιπορικό του μέσα από τον πόνο, τον κυνισμό, το αδιέξοδο (χωρίς ωστόσο να χάνει σε τίποτα από την προσωπικότητα και την ελαφράδα του νεαρού της ηλικίας του) και οι επίμονες προσπάθειές του για να καταλήξει στην προσωπική του νίκη, γίνεται ένα μάθημα ζωής σε όσους (μέσα σ'αυτούς κι εγώ) αποθαρρύνονται στις μικρές ή τις μεγάλες δυσκολίες.

  5. 4 out of 5

    Siham

    Il y'a aussi un moyen pour mieux ressentir les souffrances des autres , c'est de les vivre . le sujet de ce récit m'est beaucoup familier , d'abord parce que ça fait partie du domaine de mon travail , et puis parce que moi aussi j'ai vécu une période de dépendance incomplète qui a duré quelques mois suite à une fracture .. Dans ce récit GCM ( Grand corps malade ) ou Fabien ( son vrai prénom ) nous a fait part d'une partie de sa vie , cette période de sa vie qui a marqué le quotidien d'un mal Il y'a aussi un moyen pour mieux ressentir les souffrances des autres , c'est de les vivre . le sujet de ce récit m'est beaucoup familier , d'abord parce que ça fait partie du domaine de mon travail , et puis parce que moi aussi j'ai vécu une période de dépendance incomplète qui a duré quelques mois suite à une fracture .. Dans ce récit GCM ( Grand corps malade ) ou Fabien ( son vrai prénom ) nous a fait part d'une partie de sa vie , cette période de sa vie qui a marqué le quotidien d'un malade complétement dépendant avant qu'il se remette debout après avoir livré un hard combat avec l'handicap imposé par son tétraplégie ... une période qui a duré plusieurs années , et qui faisait par la suite sa grande source d'inspiration dans le domaine de l'écriture . il nous a raconté cette expérience avec un sens de l'humour qui a rendu la lecture légère et amusante , mais beaucoup triste dans la plupart de ces passages qui te laissent submerger dans pleins d'émotions en imaginant les souffrances physiques et morales les moins supportable que ce genre de malades peuvent subir .... et personne n'est à l'abri ... GCM était atteint d'une tétraplégie incomplète , ( avec chance de récupération de l'indépendance motrice : droit d'avoir de l'espoir ) suite à un plongeon dans une piscine pas assez remplie ... Après avoir passé quelques mois dans le service de réanimation sans pouvoir parler ni bouger ni respirer indépendamment , il était transporté dans un centre de rééducation spécialisé , là ou il a découvert un monde tout à fait différent qui a des préoccupations particulières : le monde des handicapés , Il nous a raconté ses croisades avec les autres patients handicapés , et nous a décrit l'ambiance qui reinge dans ce centre des malades souffrant de dépendances suites à une maladie qui a dû arracher leur vie, et qui espèrent à leurs tour gagner leur chance de récupérer un certain degrés d'indépendance même minime ( le fait de tenir une fourchette pour manger était pour certaine une grande réalisation ) .... Il nous a rapproché des ressentis de ces malades , leurs réaction face à la maladie et le destin qui a décidé que certains ne récupéreront plus leur indépendance , qu'ils passeront le reste de leur vie dépendants des autres ,vivant avec des douleurs quasi permanentes, et privés des mouvements corporelle les plus simple tel le fait de gratter un oeil. Enfin , j'avoue que j'étais déçue car je m'attendais à une lecture plus profonde , en moins à la hauteur des morceaux de Slam que j'aime toujours écouter et méditer Avec la voix de son auteur GCM , tel " mental " " 4 saisons " " 6eme sens " , " je ne dors pas sur mes deux oreilles " , " j'ai pas les mots " ... Je garde ma préférence à Grand corps malade le slameur que j'ai connu grace à ces petit morceaux râpeux , qui sont beaucoup plus expresif , plus profonds que cette lecture ( patients ) qui reste quand meme une très bonne expérience d'écriture pour GCM et de lecture pour moi , qui m'a permis de mieux connaitre GCM dans son coté personnel et de mieux imaginer le monde des handicapés qui souffrent de dépendance totale . Et je reprends : Personne n'est à l'abri . http://www.youtube.com/watch?v=cPaUHb...

  6. 4 out of 5

    Maria Bikaki

    Αχ πόσες φορές δεν ξεκίνησα τη μέρα μου γκρινιάζοντας. Για τα πάντα. για το πόσο δυσκολη ειναι η ζωή, γιατι δεν εχω λεφτά, γιατι βρέχει για χιλιάδες μικρούς ανόητους λόγους όταν κάθε μέρα δίπλα μας υπάρχουν ανθρωποι που γνωριζουν το σκληρό πρόσωπο της ζωής και κάθε μέρα αποτελεί για κείνους ένα σκληρό αγώνα για επιβίωση. Ενας ηρωικός αγώνας γεμάτος πόνο, προσπάθεια και πίστη. Το βιβλιο βρεθηκε στα χέρια μου μάλλον απο σπόντα απο λάθος στη δανειστική βιβλιοθήκη για την ακριβεια. Την ίδια μέρα το Αχ πόσες φορές δεν ξεκίνησα τη μέρα μου γκρινιάζοντας. Για τα πάντα. για το πόσο δυσκολη ειναι η ζωή, γιατι δεν εχω λεφτά, γιατι βρέχει για χιλιάδες μικρούς ανόητους λόγους όταν κάθε μέρα δίπλα μας υπάρχουν ανθρωποι που γνωριζουν το σκληρό πρόσωπο της ζωής και κάθε μέρα αποτελεί για κείνους ένα σκληρό αγώνα για επιβίωση. Ενας ηρωικός αγώνας γεμάτος πόνο, προσπάθεια και πίστη. Το βιβλιο βρεθηκε στα χέρια μου μάλλον απο σπόντα απο λάθος στη δανειστική βιβλιοθήκη για την ακριβεια. Την ίδια μέρα το παιρνω μαζί μου σαν συντροφια στην παραλία. Οταν ξεκίνησα να διαβαζω τις πρώτες σελίδες αναφωνησα Χριστέ μου τι βιβλίο διαλεξα μεσημεριάτικα. Μέσα στη ντάλα του ήλιου με τον κόσμο δίπλα σου να τρεχει, να γελάει και να κανει τις βουτιές του η ιστορία ενός τετραπληγικού δε φάνταζε ιδανική παρέα. Ομως κατι δε με άφηνε να το σταματησω. Ο γλυκός μου Φαμπιεν μέσα σε λίγα λεπτά είχε ήδη γίνει φίλος μου και κάθε σελίδα του αγωνία μου, πόνος και συμμετοχή στον αγώνα του. Το χιουμορ του ή μαλλον καλύτερα ο αυτοσαρκασμός του,η ευαισθησία του η γραφή του ο τρόπος με τον οποιο μας εκανε να γνωρισουμε τον κόσμο των τετραπληγικών με κατέκτησε. Η μαρτυρία του, η νίκη του παραδειγμα για όλους εμάς που το βάζουμε κάτω με την πρωτη δυσκολία. Γνωριστε τον Fabien Marsaud και αποδώστε του ετσι με αυτόν τον τρόπο την τιμή να γνωρίσετε αυτον τον πολύ γενναίο ήρωα που βρίσκεται ανάμεσα μας που πάλεψε και βγήκε νικητής.

  7. 4 out of 5

    Fatima Ezzahra

    Un vrai plaisir ce bouquin, j'ai savouré chaque mot, chaque ligne et chaque page... Un vrai plaisir ce bouquin, j'ai savouré chaque mot, chaque ligne et chaque page...

  8. 4 out of 5

    Alissa Beaulieu

    J’ai adoré ce livre! J’ai aimé connaitre davantage l’univers et la vie personnelle de Grand Corps Malade, puisque j’apprécie beaucoup ses oeuvres musicales. C’est un livre qui parle d’un sujet dur et triste, mais la plume de GCM est empreinte d’humour et de résilience, donc ça se lit super bien. J’ai même ri à plusieurs reprises au cours de ma lecture!! Par contre, j’aurais aimé en savoir plus sur ses relations interpersonnelles avec sa famille et comment s’est passé son entré dans le monde du t J’ai adoré ce livre! J’ai aimé connaitre davantage l’univers et la vie personnelle de Grand Corps Malade, puisque j’apprécie beaucoup ses oeuvres musicales. C’est un livre qui parle d’un sujet dur et triste, mais la plume de GCM est empreinte d’humour et de résilience, donc ça se lit super bien. J’ai même ri à plusieurs reprises au cours de ma lecture!! Par contre, j’aurais aimé en savoir plus sur ses relations interpersonnelles avec sa famille et comment s’est passé son entré dans le monde du travail, mais somme toute, c’était une lecture géniale.

  9. 5 out of 5

    Bladelor

    Beaucoup aimé ce témoignage sans pathos, tourné vers les autres et bien écrit.

  10. 5 out of 5

    Mathildewind

    waouh. hilarant. cynique. cru. réaliste. humain. émouvant. triste. fun. grave. léger. intelligent. prose puissante, poétique et très fluide. Grands corps malade sait jongler avec les mots. il nous ouvre les portes d'un univers plutôt mal connu, celui des virées nocturnes en fauteuil roulant au travers de couloirs aseptisés, des sondes urinaires et des escarres. celui des "tétras" et des "paras". un espèce de huis clos dans ce microcosme à la fois privateur de liberté mais aussi sas de reconstruc waouh. hilarant. cynique. cru. réaliste. humain. émouvant. triste. fun. grave. léger. intelligent. prose puissante, poétique et très fluide. Grands corps malade sait jongler avec les mots. il nous ouvre les portes d'un univers plutôt mal connu, celui des virées nocturnes en fauteuil roulant au travers de couloirs aseptisés, des sondes urinaires et des escarres. celui des "tétras" et des "paras". un espèce de huis clos dans ce microcosme à la fois privateur de liberté mais aussi sas de reconstruction avant une nouvelle vie. portraits tous différents de gens qui ont eu une vie avant. certains attachants, d autres moins. vannes pourries. vies gâchées. futurs pleins d'espoir ou condamnés. une certaine misère sociale. regard aussi sur un personnel médical dans l'ensemble plutôt performant, bienveillant, qui fait tout pour aller dans le sens de la progression. tout ça raconté sans donner de leçons, sans morale ou pathos, mais simplement pour expliquer au lecteur,comme un témoignage de quelqu'un qui serait parti en expédition dans un autre monde, ce qu'il se passe quand ta vie bascule et que tu dois tout réapprendre. une ode à la vie.

  11. 4 out of 5

    Adjo

    J'ai adoré ! Ça peut paraître bizarre d'avoir une telle réaction après avoir lu un bouquin sur le monde hospitalier et les handicapés mais ce livre est tout simplement génial ! Avant d'être un "Grand Corps Malade", il y a Fabien qui après un accident se retrouve tétraplégique. Fabien sait se montrer pédagogue pour nous expliquer ce nouveau monde qui l'entoure. Le "must" reste quand même son humour sans faille et ses potes du centre : Farid, Toussaint, Steeve et les autres. Il y a des momens où j J'ai adoré ! Ça peut paraître bizarre d'avoir une telle réaction après avoir lu un bouquin sur le monde hospitalier et les handicapés mais ce livre est tout simplement génial ! Avant d'être un "Grand Corps Malade", il y a Fabien qui après un accident se retrouve tétraplégique. Fabien sait se montrer pédagogue pour nous expliquer ce nouveau monde qui l'entoure. Le "must" reste quand même son humour sans faille et ses potes du centre : Farid, Toussaint, Steeve et les autres. Il y a des momens où je ne pouvais m'empêcher de rire. Si vous aimez les slams de Grand Corps Malade, vous allez adorer ce livre comme "Roméo kiffe Juliette". J'avoue que je n'aurais jamais lu ce livre sans la sortie imminente du film du même nom que j'ai désormais hâte de voir.

  12. 4 out of 5

    Asmaâ

    Full review : http://goo.gl/LwxQy La lecture de ce roman est très fluide et tellement bénéfique pour les personnes aux esprits avisés. On a beau être convaincus de la fameuse expression : « ça n’arrive qu’aux autres ! », mais est-ce que c’est toujours vrai ? Est-ce que les mauvaises choses ne surgissent que dans la vie des autres ? Ce roman est une excellente réponse pour cette question. Éventuellement, un « intolérable orage » peut à tout moment frapper notre porte et basculer notre vie à tout j Full review : http://goo.gl/LwxQy La lecture de ce roman est très fluide et tellement bénéfique pour les personnes aux esprits avisés. On a beau être convaincus de la fameuse expression : « ça n’arrive qu’aux autres ! », mais est-ce que c’est toujours vrai ? Est-ce que les mauvaises choses ne surgissent que dans la vie des autres ? Ce roman est une excellente réponse pour cette question. Éventuellement, un « intolérable orage » peut à tout moment frapper notre porte et basculer notre vie à tout jamais, sans même avoir l’occasion d’en prendre parfaitement conscience.

  13. 4 out of 5

    Geneviève BENDALL-GODQUIN

    "C'est jamais inintéressant de prendre une bonne claque sur ses propres idées reçues". En une phrase, tout est dit. Si l'auteur a du se prendre quelques claques, je pense que nous autres lecteurs n'avons pas été épargnés, par lui, Grand Corps Malade. J'aime assez ce qu'il fait en général, et ce livre était dans ma "PAL" depuis un bon moment, mais j'avais peur de m'exploser le moral devant une lecture difficile, limite pathos. Pas du tout ! L'écriture est fluide, enlevée, ponctuée d'explications mé "C'est jamais inintéressant de prendre une bonne claque sur ses propres idées reçues". En une phrase, tout est dit. Si l'auteur a du se prendre quelques claques, je pense que nous autres lecteurs n'avons pas été épargnés, par lui, Grand Corps Malade. J'aime assez ce qu'il fait en général, et ce livre était dans ma "PAL" depuis un bon moment, mais j'avais peur de m'exploser le moral devant une lecture difficile, limite pathos. Pas du tout ! L'écriture est fluide, enlevée, ponctuée d'explications médicales bienvenues (paraplégique/tétraplégique, j'avoue, je ne connaissais pas la différence), et réaliste. C'est un livre qui fait réfléchir, et nous remet à notre place : nous nous plaignons si souvent pour des broutilles, façon "j'ai la crève j'en peux plus". Merci pour ce beau récit.

  14. 4 out of 5

    Karine

    C'est un livre qui se lit facilement, on entendrait presque Grand Corps Malade dire ses mots en face de nous. J'ai trouvé un texte franc et pourtant plein de pudeur et d'émotions, sur un milieu qui reste inconnu à la grande majorité des gens. Autant parce qu'il est malaisant de penser que ce pourrait très bien être nous dans cette situation, que parce que le handicap est souvent caché, réduit a une place de parking ou des boutons d'ascenseur en braille pour beaucoup de valides. Merci pour ce livr C'est un livre qui se lit facilement, on entendrait presque Grand Corps Malade dire ses mots en face de nous. J'ai trouvé un texte franc et pourtant plein de pudeur et d'émotions, sur un milieu qui reste inconnu à la grande majorité des gens. Autant parce qu'il est malaisant de penser que ce pourrait très bien être nous dans cette situation, que parce que le handicap est souvent caché, réduit a une place de parking ou des boutons d'ascenseur en braille pour beaucoup de valides. Merci pour ce livre, et le film qui en a été tiré.

  15. 4 out of 5

    Amel El idrissi

    فابيان من مغنيي Slam الذين أحبهم كثيرًا و أتابعهم جدا ، حين قرأتُ كتابه هذا كان هناك الكثير مما لم يُفصح عنه ، الكثير من الأحزان الصامتة التي لا يُمكن أن يُدمجها لا في شطر شعري و لا في نوتة موسيقية و لا بين دفتي كتابٍ تذكاري ، فحين تفقدُ القدرة على المشي ، القدرة على الحركة ، و تبدأ في تعداد مناقبِ تلك الحياة الأولى التي كانت تصلك قبل أن تصبح مشلولا تاما ، تلك الأحلام التي كنتَ تلتقي و إياها على موعد - دوما - بأمل التحقق ، تتقطر في عينيك الحياة الثانية أو فلنقل الحقيقية ، التي تُشبهك الآن ، في عجز فابيان من مغنيي Slam الذين أحبهم كثيرًا و أتابعهم جدا ، حين قرأتُ كتابه هذا كان هناك الكثير مما لم يُفصح عنه ، الكثير من الأحزان الصامتة التي لا يُمكن أن يُدمجها لا في شطر شعري و لا في نوتة موسيقية و لا بين دفتي كتابٍ تذكاري ، فحين تفقدُ القدرة على المشي ، القدرة على الحركة ، و تبدأ في تعداد مناقبِ تلك الحياة الأولى التي كانت تصلك قبل أن تصبح مشلولا تاما ، تلك الأحلام التي كنتَ تلتقي و إياها على موعد - دوما - بأمل التحقق ، تتقطر في عينيك الحياة الثانية أو فلنقل الحقيقية ، التي تُشبهك الآن ، في عجزك عن ضم يديك ، في عجزك عن شرب الماء بكفيك ، في عجزك عن أن تلامس قدماك البلاط العاري ، في عجزك أن تُغطي عورتك و أنت تسقط أرضا من بين يدي المساعدة التي تتكفل بأن تُحممك و أنت الضخم و العملاق ، أي حظ هذا و أنت أمسيتَ معاقًا و زمنك توقف في العشرين خريفًا و ليس ربيعًا ؟؟ فابيان هذا الفرنسي الجميل البحة و حتى الحرف ، أصاب ما أصاب من حرقة في القلب ، لربما لأني عايشتُ - أيضا - مخاوف العاجز عن الحركة ، حين ترى أحد أفراد العائلة غير قادر على أن يُزاول صغريات أموره كما كان ، تلك الأدمع التي تتقطر و هم يُعرونه ليغسلوا عنه خبث الجسم ، ذاك الخجل الرهيب الذي يتحول مع الزمن لجلد الذات هنا فابيان قرَّح القلب كما يتوجب ، لكن الذي يُوجع و بضراوة كيف أنهم بفرنسا قادرون على الأخذ بالعاجز إلى آخر الطريق ، بهيكلهم الطبي و الصحي و العلاجي ، أما هنا فعقلية أن هذا قدر طغت حتى بات التسليم بأن يُترك العاجز لمصيره ، و كأن الرب ما نادى بأن هلموا إلى الأخذ بزمام النوايا و الأعمال الشيء الذي كان قويا في الأسلوب السردي لهذا الكاتبِ و الشاعر و المغني الشاب ، هو آخر فصل في كتباته ، إذ أنه استعمل الحنين المزدوج لكل أولئك الذين غادرهم و غادروه ، صديقه ذاك الذي قيل له أنه مات بسكتة قلبية ، ليشعر أن هذا الأخير ما رحل سوى لأنه اكتفى من أن يتقلب على جرحه النازف ، بقدمين غير قادرتين على رفعه ، بجسد غير مكتمل الحياة أشكُر الزميلة سهام التي أمدتني بهذا الكتاب ، مع أني لم أبدأ بقراءته إلا مؤخرًا لكنه يستحق فلا يُمكن أن تخرج خاوي الوفاض عقب تكملته ، هناك شيء ما سيعلق بعنق الروح لا محالة ،.

  16. 5 out of 5

    Jasmin Sma

    « Bien sûr, cette expérience aussi difficile pour moi que pour mon entourage proche m’a beaucoup appris sur moi-même, sur la fragilité de l’existence (et celle des vertèbres cervicales). Personne d’autre ne sait mieux que moi aujourd’hui qu’une catastrophe n’arrive pas qu’aux autres, que la vie distribue ses drames sans regarder qui les mérite le plus. » L’écrivain-à travers ce livre-voulait bien changer notre vision limitée et malsaine sur l’handicape. Il voulait bien qu’on se rende compte qu’av « Bien sûr, cette expérience aussi difficile pour moi que pour mon entourage proche m’a beaucoup appris sur moi-même, sur la fragilité de l’existence (et celle des vertèbres cervicales). Personne d’autre ne sait mieux que moi aujourd’hui qu’une catastrophe n’arrive pas qu’aux autres, que la vie distribue ses drames sans regarder qui les mérite le plus. » L’écrivain-à travers ce livre-voulait bien changer notre vision limitée et malsaine sur l’handicape. Il voulait bien qu’on se rende compte qu’avant tout un handicapé est un être humain, un être qui a du subir beaucoup de malheurs, des traumatismes aussi bien psychiques que physiques. Qu’il faut voir au-delà de son handicap, de son incapacité; une volonté, une histoire de lutte extraordinaire.

  17. 5 out of 5

    Mehdi

    Sebastien, oops désolé j'ai voulu dire Fabien, nous mène merveilleusement dans son monde, plein de douleurs, de souffrances, de craints, d’hésitations, d’espoirs, et de joies. Un excellent bouquin. Sebastien, oops désolé j'ai voulu dire Fabien, nous mène merveilleusement dans son monde, plein de douleurs, de souffrances, de craints, d’hésitations, d’espoirs, et de joies. Un excellent bouquin.

  18. 5 out of 5

    ᴀʟɪᴄᴇ ☆ Plume

    Depuis que mon état de santé, ma maladie, fait de moi une personne en situation de handicap, j’ai découvert ce que vivent les personnes qui doivent utiliser un fauteuil roulant pour se déplacer, qui doivent se faire aider pour des petits gestes « bêtes » du quotidien comme se laver les cheveux ou préparer à manger, qui doivent subir les incompréhensions des « valides » et le regard qu’ils posent sur ces individus, mais aussi l’incroyable force qu’’ils trouvent au fond d’eux pour voir la vie comm Depuis que mon état de santé, ma maladie, fait de moi une personne en situation de handicap, j’ai découvert ce que vivent les personnes qui doivent utiliser un fauteuil roulant pour se déplacer, qui doivent se faire aider pour des petits gestes « bêtes » du quotidien comme se laver les cheveux ou préparer à manger, qui doivent subir les incompréhensions des « valides » et le regard qu’ils posent sur ces individus, mais aussi l’incroyable force qu’’ils trouvent au fond d’eux pour voir la vie comme une chance et non comme un fardeau. Je croyais sincèrement que ce que je vivais étais dur et que je pouvais vraiment me rendre compte, en vivant ce que je vis, de la dureté de ce que d’autres malades vivent. En réalité je n’en avais aucune idée ! Enfin... ce n’est pas vrai, j’avais de quoi imaginer beaucoup de choses sur leur quotidien mais je ne SAVAIS pas. « Pour ceux qui n’ont pas l’habitude de le cotoyer, le statut d’handicape (surtout en fauteuil roulant) est tellement marquant (effrayant, derangeant) qu’il masque completement l’etre humain qui existe derriere. On peut pourtant croiser chez les personnes handicapees le meme genre de personnalites qu’ailleurs : un timide, une grande gueule, un mec sympa ou un gros con. » J’ai vu le film Intouchables il y a quelques années et j’avais adoré ce film, touchant, drôle et divertissant mais maintenant que j’ai lu Patients, je me rend compte que je croyais en savoir beaucoup sur la paraplégie/tétraplégie alors qu’en réalité, j’étais loin de tout avoir appris en regardant ce film. Patients m’a beaucoup appris sur le quotidien des malades à l’hôpital (uniquement à l’hôpital), et on peut facilement s’imaginer le nombre de difficultés auxquelles ils devront faire face à l’extérieur, si ils ont la chance de pouvoir sortir de l’hôpital... Dans ce livre, on découvre un tas de pathologies car le personnage principal, qui se retrouve du jour au lendemain tétraplégique, se fait quelques camarades de convalescence qui sont dans la même galère (si on puit dire) même si les maux dont ils souffrent diffèrent selon chaque patient. Fabien (Grand Corps Malade) va décrire ce qu’il a vécu lors de sa longue et tumultueuse rééducation et je pourrais vous dire que c’est très lourd à lire, et en faite c’est lourd en un sens, mais en vérité je n’ai pas arrêté de rire en tournant les pages de ce livre ! Ce roman est rempli d’humour sarcastique et j’ai été très surprise de trouver ça à la fois drôle (car je n’aime pas souvent les sarcasmes) et émouvant. L’auteur se moque des situations cocasses, gênantes, dures, humiliantes et éprouvantes, dans lesquelles il a pu se retrouvé et ça permet au lecteur de découvrir la vraie dureté du quotidien des malades tout en ayant un brin de légèreté qui permet de ne pas plonger dans le glauque et le malaisant. J’ai trouvé ça PRODIGIEUX ! « Notre centre est comme un grand paquebot de croisiere […] Personne dans ce bateau ne sait vraiment quand ce voyage s’arretera et jusqu’ou il va nous mener. » Ce livre a réellement été un énorme coup de coeur pour moi, et je suis certaine que mes « micro » expériences dans le « domaine » du handicap m’ont permis de me sentir très concernée (même si ce qu’il vit est bien bien bien loin de mon quotidien) et donc très touchée par cette histoire, cette vraie histoire. C’est ça qui rend ce livre incroyable, c’est que les personnages de ce livre on réellement existé/existent réellement et ce qu’ils ont vécu nous est raconté avec, j’en suis certaine, beaucoup de justesse de la part de l’auteur. Je suis encore bouleversée en écrivant cette chronique parce que lire les mots de Grand Corps Malade m’ont permit de réaliser que ce que je vis n’est vraiment pas grand chose à côté du calvaire que d’autres doivent subir, et donc que j’ai une chance incroyable ! Je voulais aussi vous demander de faire attention à vous, qui lisez ces mots... Prenez soin de votre corps et savourez intensément la non-douleur que vous ressentez parce que croyez-moi, quand on ne sait même plus à quoi ressemble la sensation de ne PAS avoir mal, c’est un manque profond qui nous envahit. Faites attention à ce que vous faites aussi, même si je vous INTERDIT de ne pas profiter de la vie, mais pas besoin de faire des bêtises pour vivre à fond et s'amuser, d’accord ? « Personne d’autre ne sait mieux que moi aujourd’hui qu’une catastrophe n’arrive pas qu’aux autres, que la vie distribue ses drames sans regarder qui les merite le plus. » Voilà, je crois que j’ai tout dit, ou presque : UN GRAND MERCI à GRAND CORPS MALADE, de son vrai nom Fabien Marsaud, pour avoir partagé un bout de son histoire, qui m’a ému et fait rire comme aucun livre avant celui-ci.

  19. 5 out of 5

    Virginie

    Le livre commence sur les paroles de deux des morceaux les plus connus de Grand Corps Malade. « 6e sens », et « Je dors sur mes deux oreilles » Un style direct, des mots choisis, précis. On retrouve dans le livre l’univers des albums musicaux, de certaines chansons. Finalement, les deux morceaux dont les paroles sont mises en prologue dans le livre résument l’histoire que Fabien nous conte. Il nous amène dans son quotidien au centre de rééducation pendant un an. La découverte des lieux, progressiv Le livre commence sur les paroles de deux des morceaux les plus connus de Grand Corps Malade. « 6e sens », et « Je dors sur mes deux oreilles » Un style direct, des mots choisis, précis. On retrouve dans le livre l’univers des albums musicaux, de certaines chansons. Finalement, les deux morceaux dont les paroles sont mises en prologue dans le livre résument l’histoire que Fabien nous conte. Il nous amène dans son quotidien au centre de rééducation pendant un an. La découverte des lieux, progressive en fonction de son état. Les amis, les patients, le personnel soignant, les problèmes, les solutions, quand il y en a. Et finalement ce n’est pas tant son histoire qu’il raconte, mais celle de chaque handicapé. Avec beaucoup de pudeur, mais surtout beaucoup d’humour et de pragmatisme, la vie au jour le jour des paraplégiques, tétraplégiques, traumatisés crâniens et autres handicapés est mise à l’honneur. Avec les bas, bien sûr, principalement ceux que le quidam ne soupçonne pas. Mais aussi et surtout les hauts. Les blagues, les amis, les soutiens. Une vérité sans chichi Un voyage authentique au cœur d’un accident qui peut toucher chacun d’entre nous à n’importe quelle période de notre vie. Une présentation de chaque personne que chacun d’entre nous pourrait rencontrer à son arrivée dans un centre de rééducation. L’infirmière « connasse », le médecin impersonnel et hautain, mais surtout le kiné bienveillant, les aides-soignants, les infirmières, les médecins, qui aident et soutiennent. Et puis les colocataires. Ceux qui souffrent aussi de handicap et qui se retrouvent dans le même état. Avec plus ou mieux d’ancienneté. Avec plus ou moins de facilité à comprendre et accepter ce qui leur arrive. Et puis Fabien parle de l’avenir. Ou plutôt, du concept « avenir » dans la tête d’un être humain victime de handicap. Encore une fois avec authenticité, simplicité. Il nous raconte comme il raconterait à ses amis. Et le style n’en est que plus agréable. On a l’impression de l’entendre chanter. Le livre est court (168 pages), se lit rapidement. L’histoire ne marque pas la vie entière, mais cette impression de bienveillance et d’optimisme fait du bien. Comme une piqûre de rappel qui nous dit qui nous martèle de ne pas se fier aux apparences. D’apprendre à connaitre les gens, quels qu’il soient, avant de juger. Qui nous dit que le handicap, ce n’est pas seulement ne plus pouvoir marcher ou voir, c’est tout un tas d’autres choses. Une vision interne du handicap, sans verser dans le larmoyant. Le récit est poignant, mais ne fait pas pleurer. Il n’est pas fait pour que le lecteur s’apitoie sur le sort des handicapés. Il est fait pour le lecteur rit avec les handicapés. Comme avec n’importe quelle autre personne.

  20. 5 out of 5

    Granny Sebestyen

    "Patients" de Grand Corps Malade (168P) Ed. Points Bonjour les fous le lectures... Tout le monde a déjà entendu et vu Grand Corps Malade. Voici en quelques pages son autobiographie surtout axée sur son expérience dans un centre de revalidation. A la suite d'un accident ( une bêtise, un défi de jeunesse), l'auteur se retrouve «tétraplégique incomplet» . Il a 20 ans, sa vie est bouleversée. Sans aucun pathos, il nous raconte sa première année au centre. Celle de tous les espoirs, de tous les combats. C'e "Patients" de Grand Corps Malade (168P) Ed. Points Bonjour les fous le lectures... Tout le monde a déjà entendu et vu Grand Corps Malade. Voici en quelques pages son autobiographie surtout axée sur son expérience dans un centre de revalidation. A la suite d'un accident ( une bêtise, un défi de jeunesse), l'auteur se retrouve «tétraplégique incomplet» . Il a 20 ans, sa vie est bouleversée. Sans aucun pathos, il nous raconte sa première année au centre. Celle de tous les espoirs, de tous les combats. C'est durant cette première année que tout ce qui peut être récupéré le sera ( par de la volonté et un travail incessant), après il sera trop tard. C'est une année de batailles, d'espoir mais aussi de résignation où l'on apprend que plus rien ne sera comme avant. Ce court récit est un peu écrit à la manière des chansons Slam de son auteur, c'est vif, percutant de réalisme. Les mots sont juste, impossible de rester indifférent. Malgré le sujet sensible, ce petit livre s'avale comme une grande goulée d'oxygène. Bravo l'artiste ! Il a été tiré un film de ce livre

  21. 5 out of 5

    Ghostcat

    Une lecture éprouvante mais enrichissante. J'ai découvert l'univers artistique de Grand Corps Malade par le film Patients, qui m'a fait une forte impression durable, donné envie de rencontrer sa poesie et en l'espace de quelques jours d'écoute j'ai été remuée comme je ne pensais plus l'être. J'ai retrouvé un univers familier dont j'avais peu à peu mis de côté l'existence, cette banlieue du 93 où j'ai vécu il y a des années, j'ai ressenti cette nostalgie exprimée par quelqu'un du même âge que moi Une lecture éprouvante mais enrichissante. J'ai découvert l'univers artistique de Grand Corps Malade par le film Patients, qui m'a fait une forte impression durable, donné envie de rencontrer sa poesie et en l'espace de quelques jours d'écoute j'ai été remuée comme je ne pensais plus l'être. J'ai retrouvé un univers familier dont j'avais peu à peu mis de côté l'existence, cette banlieue du 93 où j'ai vécu il y a des années, j'ai ressenti cette nostalgie exprimée par quelqu'un du même âge que moi, portant sur les mêmes détails, le même environnement, j'ai retrouvé une partie de moi que j'essayais d'oublier. J'ai retrouvé le désir d'écrire, ce besoin de laisser sortir ces mots qui débordent et je lui en suis infiniment reconnaissante. La lecture de Patients est encore plus crue que ce que nous propose le film, mais c'est la même sincérité qui transparaît, la même envie de vivre, ce même recul sur soi-même mêlé de cynisme et d'un optimisme à toute épreuve. Merci Fabien.

  22. 4 out of 5

    Caroline

    En chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l'eau n'est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu'on lui annonce qu'il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l'usage de ses jambes après une année de rééducation Dans un style précis et humoristique ce livre autobiographique partage le quotidien des personnes handicapées qui sont hospitalisées dans un centre de réhabilitati En chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l'eau n'est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu'on lui annonce qu'il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l'usage de ses jambes après une année de rééducation Dans un style précis et humoristique ce livre autobiographique partage le quotidien des personnes handicapées qui sont hospitalisées dans un centre de réhabilitation dans l’espoir de retrouver une vie normale après un accident Un livre très bien écrit, il deviendra un film Personne d'autre ne sait mieux que moi aujourd'hui qu'une catastrophe n'arrive pas qu'aux autres, que la vie distribue ses drames sans regarder qui les mérite le plus. A découvrir absolument

  23. 4 out of 5

    Cel Kila

    Dans "Patients", Grand Corps Malade nous raconte la première année qui a suivi l'accident qui a bien failli le rendre tétraplégique, au centre de ré-éducation. Plutôt que de nous faire un compte rendu détaillé de sa santé en piteux état cette année là, il nous parle de ces impressions : des choses qui l'ont marquées, des gens qu'il a rencontrés. Il y a des personnes attentives, importantes, et d'autres qui oublient qu'à l'intérieur de tout ces corps inertes, vivent et pensent des êtres sensibles Dans "Patients", Grand Corps Malade nous raconte la première année qui a suivi l'accident qui a bien failli le rendre tétraplégique, au centre de ré-éducation. Plutôt que de nous faire un compte rendu détaillé de sa santé en piteux état cette année là, il nous parle de ces impressions : des choses qui l'ont marquées, des gens qu'il a rencontrés. Il y a des personnes attentives, importantes, et d'autres qui oublient qu'à l'intérieur de tout ces corps inertes, vivent et pensent des êtres sensibles et intelligents. Le récit est brut, sans filtre. C'est intéressant à lire, mais je pense que j'aurais aimé quelque chose de beaucoup plus détaillé. Non pas par voyeurisme, mais par simple envie de comprendre davantage ce que peuvent ressentir tout ces accidentés de la vie.

  24. 5 out of 5

    Sara Ben Youssef

    Pas facile de noter cette histoire en nombre d'étoiles jaunes. Pas facile de se mettre en reviewer d'un telle livre. Une expérience percutante, racontée dans un tourbillon d'émotions et de refléxions! Grand corps malade, Fabien ou parfois Sébastien, immortalise son éxpérience personnelle de handicap et de réeducation et nous fait vivre des sensations fortes et nous immerge dans un mélange de tristesse, d'éspoir et de désespoir, de sincérité et élan vital. Etant médecin, se mettre dans les souliers Pas facile de noter cette histoire en nombre d'étoiles jaunes. Pas facile de se mettre en reviewer d'un telle livre. Une expérience percutante, racontée dans un tourbillon d'émotions et de refléxions! Grand corps malade, Fabien ou parfois Sébastien, immortalise son éxpérience personnelle de handicap et de réeducation et nous fait vivre des sensations fortes et nous immerge dans un mélange de tristesse, d'éspoir et de désespoir, de sincérité et élan vital. Etant médecin, se mettre dans les souliers d'un malade en situation de grande dépendance et de besoin et regarder le monde et les intéraction interhumaine de son angle de vue, était une expérience exceptionnelle!

  25. 4 out of 5

    Gaëlle Mh

    J'ai littéralement dévoré ce livre! J'étais assez curieuse de découvrir le style et le ton utilisé par Grand Corps Malade pour nous décrire son séjour en centre de rééducation car j'avais entendu beaucoup de critiques élogieuses. Elles sont définitivement justifiées. Il parvient à mêler humour et émotion pour nous immerger dans son quotidien avec beaucoup de transparence concernant les moments difficiles mais aussi les belles rencontres qui rythment cette nouvelle vie. Son écriture m'a fait pens J'ai littéralement dévoré ce livre! J'étais assez curieuse de découvrir le style et le ton utilisé par Grand Corps Malade pour nous décrire son séjour en centre de rééducation car j'avais entendu beaucoup de critiques élogieuses. Elles sont définitivement justifiées. Il parvient à mêler humour et émotion pour nous immerger dans son quotidien avec beaucoup de transparence concernant les moments difficiles mais aussi les belles rencontres qui rythment cette nouvelle vie. Son écriture m'a fait penser, en moins imagée, à celle de Mathias Malzieu notamment dans Journal d'un vampire en pyjama que je conseille aussi très fortement!

  26. 4 out of 5

    FLaure

    Une belle leçon de courage de Fabien et de toutes les personnes qu'il a connu là-bas. On ne peut pas oublier la lecture de ce livre. Ce sont souvent des accidents (moto, AVC, …) qui ont amené les handicapés dans ces centres. Nous n'en sommes pas à l'abri. Mais ce livre n'est pas triste, il se lit facilement. À lire pour mieux comprendre et à méditer. Ma chronique complète : http://vie-quotidienne-de-flaure.blog... "Plus jamais dorénavant je ne jugerai une personne handicapée à la vue seule de son Une belle leçon de courage de Fabien et de toutes les personnes qu'il a connu là-bas. On ne peut pas oublier la lecture de ce livre. Ce sont souvent des accidents (moto, AVC, …) qui ont amené les handicapés dans ces centres. Nous n'en sommes pas à l'abri. Mais ce livre n'est pas triste, il se lit facilement. À lire pour mieux comprendre et à méditer. Ma chronique complète : http://vie-quotidienne-de-flaure.blog... "Plus jamais dorénavant je ne jugerai une personne handicapée à la vue seule de son physique."

  27. 4 out of 5

    Nine

    « Tout le mon s’habitue. C’est dans la nature humaine. On s’habitue à voir l’inhabituel, on s’habitue à vivre des choses dérangeantes, on s’habitue à voir des gens souffrir, on s’habitue nous-mêmes à la souffrance. On s’habitue à être prisonnier de notre propre corps. On s’habitue, ça nous sauve. » Une lecture qui fait mal et qui fait rire. On s’imagine souvent à la place de Fabien et on finit par se dire que notre vie - malgré ses coups parfois très dures - n’est pas si mal en fin de compte.

  28. 4 out of 5

    Alicia Teil

    Ce livre nous montre la vie des personnes tétraplégiques, les oubliés de l'hôpital, à qui on n'accorde plus d'importance et ceux pour lequel on eprouve de la pitié en les voyant, en espérant ne jamais être à leur place. Ce livre nous rappelle que ces personnes, certains du moins on un jour était cet enfant virevoltant plein de vie. Ce livre nous remémore que peu importe ce qu'il se passe tant que nous avons un esprit, nous avons la vie en nous car la vie vient bel et bien de notre pensée et de l Ce livre nous montre la vie des personnes tétraplégiques, les oubliés de l'hôpital, à qui on n'accorde plus d'importance et ceux pour lequel on eprouve de la pitié en les voyant, en espérant ne jamais être à leur place. Ce livre nous rappelle que ces personnes, certains du moins on un jour était cet enfant virevoltant plein de vie. Ce livre nous remémore que peu importe ce qu'il se passe tant que nous avons un esprit, nous avons la vie en nous car la vie vient bel et bien de notre pensée et de la vision qu'on accorde au monde et aux choses.

  29. 5 out of 5

    Nidal

    Excellent livre, amusant et triste à la fois. Dans ce livre, Fabien Marsaud a.k.a "Grand Corps Malade" nous narre intelligement et avec finesse l'histoire qui a fait de lui ce qu'il est aujourd'hui. Je ne m'attendais clairement pas à ce que ce livre soit aussi bon, je le recommande fortement. On s'attends au premier abord à un livre sombre et sinistre, mais dès les premières pages on est immédiatement pris par l'histoire et ses multiples anecdotes qui font de ce livre un livre exceptionnel. Excellent livre, amusant et triste à la fois. Dans ce livre, Fabien Marsaud a.k.a "Grand Corps Malade" nous narre intelligement et avec finesse l'histoire qui a fait de lui ce qu'il est aujourd'hui. Je ne m'attendais clairement pas à ce que ce livre soit aussi bon, je le recommande fortement. On s'attends au premier abord à un livre sombre et sinistre, mais dès les premières pages on est immédiatement pris par l'histoire et ses multiples anecdotes qui font de ce livre un livre exceptionnel.

  30. 4 out of 5

    Phiona Kari

    « Patients » est un drame d’une humanité désarmante. Une oeuvre délicate et sincère qui ne tombe jamais dans la surenchère ni le tire-larmes. Bouleversant. Fabien a le don de toucher les lecteurs sans pour autant tomber dans le pathos absolu, de faire sourire sans tomber dans la caricature et surtout fait place à toute une galerie de personnages attachants, agaçants, lumineux... faisant valoir la personnalité avant le handicap, et c'est très bien. « Patients » est un drame d’une humanité désarmante. Une oeuvre délicate et sincère qui ne tombe jamais dans la surenchère ni le tire-larmes. Bouleversant. Fabien a le don de toucher les lecteurs sans pour autant tomber dans le pathos absolu, de faire sourire sans tomber dans la caricature et surtout fait place à toute une galerie de personnages attachants, agaçants, lumineux... faisant valoir la personnalité avant le handicap, et c'est très bien.

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...